Agenda de la FDP


Groupe de travail Bio-Maths

Le jeudi à 15h30
Responsable :
 
Deux modèles de croissance tumorale avec présence d'hétérogénéité clonale
Cécile Carrèrewww
jeudi 13 décembre 2018 - 15h30 - Salle à préciser(Orléans)

Résumé :
Les tumeurs solides présentent souvent une grande hétérogénéité de génotypes et phénotypes, expliqué biologiquement par l'instabilité du génome des cellules cancéreuses. Cependant ce phénomène est très persistant. Je présente ici deux modèles donnant des pistes expliquant la présence de plusieurs traits phénotypiques au sein d'une même tumeur solide.

Le premier modèle est un modèle de compétition-diffusion spatial, où deux espèces en compétition envahissent ensemble un environnement vide. Dans le contexte des tumeurs hétérogènes, ces deux espèces sont deux lignées cellulaires en compétition, envahissant les tissus sains. Ce système d'EDP évolue en fronts terrasse, où l'espèce la plus rapide envahit l'espace avant d'être remplacée par l'espèce plus lente. Cette situation permet donc d'observer les deux espèces au sein de la même tumeur, même si leur coexistence est localement instable.

Dans une seconde approche, j'étudie avec G.Nadin un modèle de population structurée proposé par J.Clairambault. Nous considérons une population de cellules tumorales structurées en trait phénotypique, pouvant correspondre entre autres à la résistance à un médicament. Sous des conditions constantes au cours du temps, un tel modèle favorise des populations avec un faible taux de mutations. Cependant, nous montrons que sous certaines conditions périodiques en temps, les populations avec un plus fort taux de mutation seront favorisées. Ce résultat est à mettre en lien avec le phénomène de bet-hedging, où la répartition des phénotypes entre des descendants d'une même cellule favorise la survie de la lignée si les conditions changent beaucoup au cours du temps.

retour